Blanche-Neige

Blanche neige

Matériel : Un jeu de 52 cartes (sans Joker), duquel on retire des cartes
Nombre de joueurs : Entre 2 et 5 joueurs
Objectif : Se débarrasser le premier de toutes ses cartes
Nombre de cartes pour chaque joueur : 7 cartes (à 2 ou 3 joueurs) et 5 cartes (à 4 ou 5 joueurs)
Règle du jeu : Blanche-Neige est un jeu de rôle utilisant le mécanisme classique d’un jeu de défausse. On conserve les cartes numériques, de l’As au 10, ainsi que sept figures, qui attribuent une identité au joueur : Valet, Dame, Roi, ♠Valet, ♠Dame, ♣Valet et ♣Dame. Le principe du jeu est le même qu’un jeu de défausse du type 8 Américain : un joueur distribue 5 ou 7 cartes à chaque joueur, face cachée, pose la pioche au centre du jeu et retourne une carte à côté, fondement de la pile de défausse. Il rassemble ensuite les 7 cartes personnages, les mélange, et en dispose une, face visible, devant chaque joueur. Les cartes personnages restantes sont écartées du jeu et le joueur situé à gauche du donneur commence.

La règle de défausse est conditionnée par le rôle de chaque joueur, comme suit :

  • Blanche-Neige (Dame) : Sur une carte paire, elle doit poser une carte impaire, et inversement.
  • Le Prince charmant (Roi: Sa carte doit être de valeur supérieure ou égale à la carte posée.
  • Joyeux (Valet: Sa carte doit être de valeur inférieure ou égale à la carte posée.
  • Grincheux (♠Valet: La somme de la carte posée et de celle qu’il pose doit être supérieure ou égale à 11.
  • Dormeur (♣Valet: La somme de la carte posée et de celle qu’il pose doit être inférieure ou égale à 11.
  • La Reine (♠Dame: Sur une carte rouge, elle doit poser une carte rouge, et sur une carte noire, une carte noire.
  • La Sorcière (♣Dame: Sur une carte rouge, elle doit poser une carte noire, et inversement.

À son tour de jouer, le joueur pose une carte de sa main, en respectant obligatoirement sa règle de défausse. On considère que les cartes, de l’As au 10, comptent pour leur valeur numérique. S’il ne peut rien poser, le joueur tire une carte de la pioche : si celle-ci peut être jouée, il la joue, mais si ce n’est pas le cas, il la garde dans son jeu et passe son tour ; il peut toutefois choisir stratégiquement de ne pas jouer une carte jouable de sa main, et ce, même après avoir pioché. Quand la pioche est épuisée, on conserve la carte du haut et on mélange le reste, qui devient la nouvelle pioche. Le gagnant est le premier joueur n’ayant plus de cartes en main.

À cela s’ajoute une règle de pose supplémentaire, le miroir magique : deux cartes de même couleur et de même valeur – le 9 et le 9, par exemple – peuvent être posées ensemble sur n’importe quelle carte à son tour de jeu, et potentiellement, même après avoir pioché. Mais attention, un joueur qui utilise cet effet doit s’écrier « Miroir magique ! » ; s’il oublie, et qu’un adversaire le remarque, il se voit contraint de reprendre en main les cartes appariées, de piocher une nouvelle carte et de passer son tour.

Voici une fiche aide-mémoire : Blanche-Neige (aide-mémoire)Blanche-Neige (aide-mémoire) (427.35 Ko)

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Ajouter un commentaire

Anti-spam
 
×